Nicaragua : Ometepe

Publié le par Axelle & Hugo

Du 13 aout au 15 août 2012 :

  

Nous quittons San José (Costa Rica) de très, très, (très) bonne heure car notre objectif est tendu : atteindre l’île d’Ometepe au Nicaragua le soir même. Et bon, comment dire, c’est que les transports centre-américains c’est pas, comment dire, comme qui dirait très efficace selon des critères hexagonaux… Donc levés 4h du mat’ et puis finalement, mission accomplie, après du bus, du taxi, du bateau et un dernier bus très local (ancien school bus américain) nous sommes dans les eaux de 17 heures à Playa Santo Domingo entre les 2 volcans de l’île : le grand Conception, et le petit Maderas. Donc à part les 2 volcans sur l’île il n’y a rien, car voilà un petit peu la forme du truc :

 

DSC01096 Ometepe

 

Hugo est chaud bouillant pour grimper les 1610 mètres d’élévation du volcan Conception, avant de les redescendre… Tandis qu’Axelle… bon le petit c’est bien déjà, 1394 mètres ! On se constitue donc un petit groupe de touristes avec des allemands et d’austrichiens pour avoir recours aux services d’un guide local qui saura nous mené à bon port au travers des petits chemins de randonnées. Ce que l’autrichienne se charge de confirmer au gérant de notre hôtel en fin d’après-midi. Bon finalement le soir en taillant une bavette le soir avec le gérant, il nous dit qu’il n’y a rien de confirmé du tout avec quelque guide que ce soit car on lui avait dit qu’on n’était pas sûr… Bon c’est vrai qu’au début on cherchait à négocier, du coup ce brave homme n’a pas pris la confirmation de l’autrichienne (suffisamment) au sérieux. Ah la la, c’est dur la vie… En plus il fait sa tête de mule et nous dit que pour le lendemain c’est impossible ! Mais pas de panique, on sort l’arme absolue : « Ah bon tant pis, on va aller réserver ailleurs ! ». Et hop !!! C’est bon il a un guide pour le lendemain ! Qui a dit « magie » ? Et non c’est « Nicaragua » !

 

On démarre la randonnée de bonne heure (8h30) mais pas suffisamment pour éviter les heures les plus chaudes, du coup ça monte, il fait chaud, humide, la jungle au début ça va mais à la fin… bonjour les dégâts ! De la boue, de la boue qui glisse, de la boue sur laquelle on ne peut pas tenir debout (si, si ça existe), de la boue et encore de la boue… Un petit passage découvert nous permet d’admirer l’autre volcan (le grand) distant d’un seul isthme où s’embrassent les volcans, magnifique !

 

DSC01116 Ometepe

 

La randonnée se poursuit, Axelle montre quelques signes de fatigue et après une petite pause au bord du lac du cratère elle entreprend même la descente du volcan assise… C’est vrai que ça peut être une solution au milieu de cette jungle où l’on ne peut pas tenir sur ses pieds ! Mais bon quand même il commence à se faire tard et notre guide de douze ans a à cœur de nous ramener tous en vie avant la tombée de la nuit. On arrive donc en bas juste à temps, dans la pénombre qu’a bien voulue percer un joli soleil couchant.

 

DSC01158 Ometepe

 

DSC01161 Ometepe

 

Le vent frais du lac refroidit les corps et nous nous restaurons autour d’un délicieux et énorme poisson du lac Nicaragua. Un délice de plus avec en complément un superbe coucher de soleil.

 

DSC01183 Ometepe


Et après ça dodo au même endroit parce qu’il est tard, que nous sommes crevés et que le lendemain nous nous levons de nouveau à 5h du mat’ pour compenser au maximum les temps de transport en bus. Comme prévu, le lever est matinal, le bus presque ponctuel et nous voilà en route pour le continent après avoir goûté la tropicalité de cette île et les merveilles du 24ème plus grand lac du monde (Wikipédia, ndlr). Mais difficile de terminer cet article sans une petite photo hommage à ce qui nous fait nous lever si tôt tous les matins…

 

DSC01199 Ometepe


Nous voilà donc en route pour Granada, une ville coloniale au nord du lac : au programme de la matinée : bateau, taxi et bus…pour parcourir seulement 70 km !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article