Belize

Publié le par Axelle & Hugo

Du 23/08/12 au 25/08/12 :

 

Voilà ! C’est donc avec un nouveau diplôme en poche que nous quittons le Honduras, après notre baptême de plongée sur la grande barrière de corail en Australie, le PADI au Honduras… Vive l’international !!!

 

Après le Honduras le prochain pays sur notre itinéraire était le Guatemala… jusqu’à ce que nous comptions le nombre de jours qu’il nous reste avant notre depuis Mexico City pour les States ! Et le constat est rude, nous n’aurons pas le temps de faire le Guatemala puis le Belize puis le Mexique dans de bonnes conditions. Une « bonne condition » en la matière étant la capacité de rester deux jours dans un pays sans en passer un et demi dans un bus ! Nous rayons donc, par devers nous, le Guatemala et la merveilleuse cité de Tikal de la liste au profit d’un séjour plus long (et plus adapté) au Mexique. Le Belize se trouvant entre nous et le Mexique il reste donc sur notre itinéraire et nous sommes curieux d’y passer dans ce petit pays. Nous passons quand même au Guatemala… deux heures ! Le temps de passer deux frontières et de se faire copieusement arnaqué.

 

Pour aller du Honduras au Belize on peut prendre directement un bateau mais ça coûte une blinde et il n’y en a pas tous les jours, ou alors on peut faire un petit bout de chemin en bus jusqu’à un port au Guatemala. Il faut donc passer la frontière Honduras-Guatemala en bus (puis négocier à la frontière avec un mini-bus privée de nous emmener au port pour un prix correct !). Bien sûr comme on n’avait pas prévu de séjourner au Guatemala, on voulait régler tous nos frais par carte et ne pas retirer de monnaie locale (tiens d’ailleurs comment s’appelle-t-elle ?). Mais comme depuis le Costa Rica on est très aguerri au manque de liquidités locales nous nous faisons bien confirmer par notre chauffeur que pour la carte bleue… y a pas de problème ! Et effectivement, il n’y en a pas, c’est juste que les paiements par carte sont chargés de 10% à la douane et de 20% pour le bateau, ce qui n’est pas à proprement parler appelé un « problème ». Sauf que nous, ça nous gave de passer pour des pigeons, donc on fait profil bas à la douane parce qu’on n’a pas vraiment le choix mais par contre pour le bateau, pas moyen ! On fait ch… notre chauffeur pour qu’il nous ramène en ville à un distributeur, parce qu’évidemment à l’embarcadère pour le Belize il n’y en a pas…

 

DSC01326 Guatemala

 

Nous voilà donc billets et tampons en poche dans notre petite (mais rapide) embarcation à destination du Belize. C’est notre première frontière maritime. On arrive sur un quai tiers mondiste tout abimé où nous attendent un peu plus loin des douaniers très détendus… très très détendus et qui parlent… anglais ! L’occasion de se faire surprendre à de maintes reprises par des réflexes espagnols… Si, si !!!

 

DSC01331 Frontière

 

On a beau avoir squizzé le Guatemala du planning celui-ci n’en reste pas moins tendu (on veut vraiment passer nos trois semaines au Mexique) donc on embraye direct sur un bus à destination de la capitale nommée… Belize City ! Pas grand-chose à déclarer ici (c’était à la douane) une ville sans grand intérêt car l’intérêt ici est sur les « Cayes », l’équivalent de grands bancs de sable blanc habitables, plus blancs qu’habitables d’ailleurs d’un point de vue des ressources naturelles, mais mon Dieu quel blanc ! Même la feuille word nous paraît jaune à côté, la preuve…

 

DSC01356 Caye Caulker

 

Nous traversons donc la quasi-totalité du pays dans un vieux school bus américain (les jaunes et noirs avec des banquettes en cuir, sans clim, appuie-têtes,… bref sans confort !) en 6 ou 8 h – on ne sait plus mais c’était très très long… Ce pays nous parait tellement…vide (une route principale, très peu de voitures, des champs de bananes et autres produits tropicaux à perte de vue) : un vrai dépaysement après ces pays d’Amérique latine !

Suite à cette longue journée de trajet, nous décidons de faire une petite nuit dans la capitale, une chambre pleine de charme, murs en bois peint et ventilos, les caraïbes à l’état brut, super ! La capitale n’a rien n’exceptionnelle…une petite ville. En bons touristes on embarque donc pour « Caye Caulker » le lendemain sans même avoir eu besoin de négocier parce qu’on s’était fait conseiller la meilleure compagnie par notre aubergiste. Et depuis ce caye, nous prendrons la route du Méxique pour arriver en bateau au Yucatan (et une deuxième frontière maritime !).

Super vue sur le port depuis l’embarcadère de « Caye Caulker »…

 

DSC01337 Belize City

 

On arrive sur Caye Caulker lourdement chargés sous un soleil de plomb, lunettes de soleil obligatoire pour garder ses dixièmes, et un gentil rasta nous propose de nous accompagner voir la guest house pour laquelle il travaille… sans engagement bien sûr ! Mais le gentil Bob Marley se transforme en vietnamien et se met à nous hurler dessus quand on décline poliment la chambre pour aller faire un tour et voir s’il n’y a pas mieux ailleurs… pas cool le gars ! Du coup Axelle se pose à l’ombre d’un palmier pendant qu’Hugo visite les chambres de l’île. Un litre de jus de pastèque frais et 10 établissements plus tard on pose les sacs et on va se promener, l’ambiance est du grand jamais vu en ce qui nous concerne et on adore trop le style : sable blanc, lagon, palmiers, couleurs vives et anglais avec accent des îles… génial !!! Après en terme d’activités ici il faut compter un sérieux budget parce qu’elles se trouvent quasiment toutes au large : croisières et snorkeling ici ne sont vraiment pas donnés. Donc on en reste aux fondamentaux :

 

DSC01365 Caye Caulker

 

On ne passe qu’une nuit ici avant de partir pour le Mexique donc on profite de la plage un maximum avec toutefois un petit regret : passer si près et ne pas être allé plonger dans le « trou bleu du Belize ». Photo ci-dessous pas de nous :


trou bleu

 

Mais bon on se console avec des choses en tout état de cause bien, bien, bien plus jolies :

 

DSC01388 Caye Caulker

 

Et avec des choses ma foi pas aussi jolies mais pas forcément moins agréables :

 

DSC01397 Caye Caulker

 

Le lendemain encore un grand, grand coup de bol ! Bien avisés et renseignés nous choisissons de quitter le Belize par voie maritime afin de ne pas payer les 30 dollars de douane que l’on doit payer par voie terrestre. Sauf que… la loi a changé la veille et que maintenant c’est pour tout le monde pareil ! Enfin bref, une mésaventure de plus qui laissera de bons souvenirs quand on rédigera l’article…

 

Publié dans Belize

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article